SANS-ABRIS à Paris

SDF-01

Au coeur du Marais -01

SDF-02

Place de la République -02

SDF-03

Patrick se repose à l'association Les Captifs après une nuit éprouvante -03

SDF-04

Hans passait ses journées Gare du Nord mais dormait sous le porche d'un immeuble à proximité -04

SDF-05

A la Gare du Nord, Hans discutait souvent avec des membres de l'association Les Captifs -05

SDF-06

Sous le pont de La Chapelle, un migrant tente de dormir -06

SDF-07

Après une nuit glaciale, ce migrant, range ses affaires -07

SDF-08

Sous le pont aérien du métro La Chapelle, des migrants mettent leurs affaires en sureté -08

SDF-09

Tenter de trouver un endroit où dormir à Beaubourg -09

SDF-10

Gare du Nord, "Papy" s'est installé dans le photomaton -10

SDF-11

Dans le XIXème l'accès à cet immeuble désaffecté semblait possible -11

SDF-12

L'immeuble du XIXème n'est finalement pas assez sûr, ils n'y resteront pas -12

SDF-13

Cow-boy et Patrick partagent un moment tranquilles près de la Gare du Nord sur le trottoir -13

SDF-14

Florian, s'était installé dans une ruelle du Marais -14

SDF-15

Place de la République, un soir de décembre -15

SDF-16

Rue de Turenne, Michel s'est exceptionnellement installé sous l'abri-bus -16

SDF-17

Sur la péniche Le Fleuron dans le 15ème, l'Ordre de Malte héberge en cabine des sans-abris pour quelques semaines -17

SDF-18

Patrick réconforte l'un de ses amis dans les locaux de l'association Les Captifs -18

SDF-19

Florian rythmait sa journée de quelques accords de guitare et de conversations avec les habitants du quartier -19

SDF-20

Passionné par les plantes, Christian, les faisait pousser dans plusieurs cours du quartier latin -20

SDF-21

Christian s'installait pour la nuit au marché aux fleurs. Il y travaillait aussi régulièrement -21

SDF-22

"Papy" est toujours ravi de discuter avec des membres des Captifs -22

SDF-23

L'équipe de l'association Les Captifs lors du repas de Noël pour les sans-abris -23

SDF-24

Jacques et son amie dans l'hôtel où il est hébergé depuis quelques semaines -24

 

J'HABITE SUR LE BITUME - Sans-Abris à Paris

Au coin de ma rue, puis d’une autre, et encore un peu plus loin, Florian, Michel, d’autres hommes dorment. Dehors. Un canapé, des cartons pour cloison, un matelas pour toit, un fauteuil pendant quelques jours, l’espace investi, un bout de trottoir qui se donne des allures de maison. Sans murs, à découvert, sous le regard de tous, ils habitent sur le bitume. J’ai voulu savoir ce qu’ils vivaient ou plutôt comment ils survivaient dans le froid puis la chaleur de cette année 2010.

Des associations leur apportent une aide, matérielle, administrative, humaine, inlassablement, comme l’association Aux Captifs La Libération. Parce qu’ils acceptaient mon approche, j’ai alors pu partager la leur et passer du temps tout au long de cette année avec ces personnes qu’ils soutenaient, partager leurs colères, leur fatigue, leurs angoisses, leurs conflits, leurs rires,  leurs joies ! La journée ils étaient souvent à l’association, mais le soir ils dormaient dans un square, sous le pont de La Chapelle, sur le trottoir aux abords de la Gare du Nord, au samu social, dans un parking, au marché aux fleurs, dans un hôtel pour quelques jours ou  quelques semaines pour les plus chanceux.

Le chemin qui les y a menés est aussi unique qu’eux-mêmes, mais la violence, connue très tôt, commune à tous.  

Haut de page

TEMOIGNAGES - Sans-Abris à Paris

Leur voix explique, ils se remémorent, s’arrêtent sur le basculement, se passionnent pour ce qui les fait toujours avancer. Vous pouvez entendre leur courage au-delà de tout, dans les témoignages suivants montés au format d'émission radio. 

Leur voix doit être entendue : dépouillée, confiante, livrant une part intime. Je les remercie pour la confiance qu'ils m'ont faite, la beauté des moments que nous avons partagés. 

 

 
PATRICK -
00:00 / 00:00
JACQUES -
00:00 / 00:00
PASCALE -
00:00 / 00:00
MICHEL -
00:00 / 00:00
CHRISTIAN -
00:00 / 00:00
ENOK -
00:00 / 00:00
AGNES -
00:00 / 00:00
CRISTIAN ET FLORENCE -
00:00 / 00:00

Tous droits réservés © Dominique Viger